Portez-vous bien

Mon cirque se joue dans le ciel, il se joue dans les nuages parmi les chaises, il se joue dans la fenêtre où se reflète la lumière. Chagall.

Dans le cadre des résidences actions 2017-2020 - Pôle National du Cirque de Nexon, Nouvelle Aquitaine

Cela tombe bien ! Nous ne laisserons personne tomber. Nous chercherons un peu de poésie silencieuse entre nous. Des rapports d’être différents. Nous créerons aussi des images avec des corps, ceux d’un groupe de 22 lycéens. Grâce à l’acrobatie, plus largement grâce au Cirque et ses pratiques. Le cirque, plus qu’un lieu, est un espace de reconnaissance et d’explorations des corps simples et travaillés toujours en lien avec les métaphores. On peut voir en une colonne à deux ; un homme qui porte un autre homme, pour cueillir une pomme, pour grimper un mur. Pour cela les muscles travaillent, l’équilibre se cherche. On peut également se laisser rêver et voir au-delà… Autre chose. Autrement. Nous pouvons joyeusement choisir de nous porter juste pour rien. Comme cela. Sans but. Avec le même travail, le même effort et ainsi entrevoir en un simple porté, d’humain à humain, les sens qui s’ouvrent… Apercevoir l’air de rien, l’altérité, l’homme et l’enfance, le désir de s’élever mutuellement, le souhait de regarder plus loin que soi, au-delà de sa propre mesure, dépasser les genres, toucher un peu de ciel …

Le souhait de départ, sans doute bien naïf, (et pourquoi pas ? Quel merveilleux point de départ que de ne rien savoir, rien anticiper et naïvement se souhaiter le meilleur) de vouloir dire pour chacun ;

"Portez-vous bien"…

Au pied de la lettre - comme on dit - qu'est-ce que "se porter" ?

Être actif?

Se laisser porter?

Donner autant de force à soi qu'à l'autre?

Prendre sans donner?

Imposer?

Laisser tomber?

Avoir raison et dominer?

En profiter pour exercer sa force ?

Que souhaitons nous à l'autre en lui disant à la fin d’une lettre (d’un texto) ou d’une discussion ;

" Portes toi bien!"

Au-delà des mots, sans doute, ces souhaits conscients ou non que nous formulons tous, que bougent-ils ? Les systématismes, les hérédités, les peurs et les courages de chacun, les drôleries, les imaginaires. Quelle histoire avons-nous tous traversées pour rester debout, depuis le début de l'homme, jusqu'à l'enfant qui tâtonne aujourd'hui. Nous nous levons. Nous sous élevons. Nous marchons. Nous portons. Nous jouons avec les poids, l'équilibre, l'apesanteur. Quel est cet "entre-deux de la rencontre"?

Pendant 3 ans, soutenus par le pôle cirque de Nexon, les élèves du Lycée horticole de Voutezac, Hyacinthe Reisch, Vincent Muteau et moi-même [Aline Reviriaud] grandirons. Entre images, expériences et pratiques, nous créerons ensemble un espace à bouger pour l'autre et pour soi. Avec soin et précaution.

C’est un point de départ et nous n’arriverons nulle part au-delà du voyage lui-même.

Article précédent Article suivant